Jardins en Touraine

L’apparition de châteaux d’un genre nouveau à la fin du XVème siècle sur les bords de Loire se double d’un nouvel art des jardins. Les premiers modèles sont importés d’Italie grâce à Charles VIII et Louis XII. Les jardins qui ne fournissent jusqu’alors que des fruits et légumes pour l’alimentation et des fleurs pour le parfum, trouvent aussi une vocation décorative.

Dès la fin du XVème siècle, le Val de Loire a reçu du florentin Francisco Floria l’appellation de "Jardin de la France". Ce gratifiant surnom diffusé par Rabelais dans Pantagruel, inspiré par l’art et la douceur de vivre dans cette région, sera désormais pour longtemps propice au développement de l’art des jardins. Louis XI, dans son château tourangeau du Plessis-Lès-Tours, avait au milieu du XVème siècle fait aménager un jardin dont l’intérêt motivait l’admiration des visiteurs et chroniqueurs d’alors. Mais le changement dans l’art des jardins survient au retour des premières campagnes d’Italie. L’artisan principal de cette réforme est Pacello da Mercogliano (vers 1455-1534).

Revenu d’Italie en 1495 avec Charles VIII, il fit preuve de son talent novateur. Les jardins des châteaux royaux de Blois et d’Amboise sont les premiers marqués par cette influence italienne. Ils prennent des formes ordonnées, géométriques, et sont souvent ornés de broderies de buis et d’éléments bâtis. Répondant à des principes architecturaux, le jardin doit avoir un décor régulier et un aspect artificiel. Rien n’est laissé à la fantaisie, la nature est maîtrisée.

Depuis 1843, le jardin botanique est un lieu de promenade incontournable Depuis 1843, le jardin botanique est un lieu de promenade incontournable

Le Jardin Botanique est localisé sur une ancienne zone humide traversée autrefois par le ruisseau Sainte-Anne. Ce cours d'eau reliait directement la Loire et le Cher et alimentait les douves du château de Plessis-lès-Tours (sur la commune de La Riche).

Il fût construit entre 1831 et 1843 grâce aux tourangeaux et tout particulièrement à la ténacité et à la générosité de Jean-Anthyme Margueron. En effet, ce pharmacien fut à l'initiative de ce projet comportant une école de botanique destinée aux étudiants de la nouvelle école de Médecine et de Pharmacie située en face du jardin.

Installé sur un espace inondable de 120 ha en périphérie de Tours, et aménagé par tranches depuis 2000 de manière atypique et originale, le parc de La Gloriette à Tours est tout à la fois un espace ludique, un jardin public, un lieu festif, un espace de partage,

…qui mêle expérimentations, pratiques alternatives et gestion écologique en grandeur réelle.

Accès en transports en commun. Tram A : station L’Heure Tranquille ou Pont Volant ; Bus Fil Bleu n°32 : arrêt Monod Accès en voiture. Parking accessible par la route de Savonnières

Jardins et parcs en Touraine

Le parc de la Cousinerie

Située au nord de la commune de Tours, la zone verte et de loisirs propose aux habitants une surface de 17 hectares qui est entièrement dévouée à la promenade et aux jeux dans un cadre naturel.

Parcs et jardins de Tours

Tours est une ville possédant un nombre conséquent de parc et jardins au coeur de la ville et aussi à l'extérieur. Je vous propose de faire le tour de ces parcs et jardins

La région de Tours abrite quantité d’arbres remarquables, et si ...

... nous en avons déjà présenté quelques uns sur le blog, de nombreux autres attendent patiemment de se dévoiler au grand public. Voici quelques pistes à explorer, la liste n’est pas exhaustive…

Les Orchidées sauvages des bois de Bretonnières

Parcours découverte des Orchidées sauvages des bois des Bretonnières à Joué-les-Tours

Réseau d'espaces naturels

Le Conservatoire d'espaces naturels Centre-Val de Loire

Le programme des animations sur l'année est également disponible au format pdf dans la rubrique "Participer à l'action" puis "Découvrir la biodiversité locale" ou encore au format papier sur simple demande.

Rendez-vous aux jardins dans votre région

Quelles sont les animations proposées près de chez vous à l'occasion des Rendez-vous aux jardins ? Les directions régionales des affaires culturelles réalisent un programme détaillé des jardins participants dans leur région.

L'Association des Parcs et Jardins en Région Centre-Val de Loire

Découvrez le coup de coeur de la Région Centre - Val de Loire, nos jardins, la nature apprivoisée...

25 parcs et jardins vous accueillent tout particulièrement

L'agenda et le guide des parcs et jardins et du jardinage

En avril 1810, après avoir achevé les trois volumes de De l’Allemagne, Germaine de Staël (1766-1817) s’installe au Château de Chaumont-sur-Loire...

En Touraine : Richelieu

Parc de Richelieu

 

Ceint de 7 kilomètres de mur, le parc de Richelieu, d’une superficie de 475 hectares, abritait le vaste domaine du Cardinal, détruit au début du XIXe siècle. Né en 1595, Armand Jean du Plessis, futur Cardinal de Richelieu y passe toute son enfance.

Devenu principal ministre de Louis XIII, il demande à Jacques Lemercier, Architecte du Roi, de construire un très vaste château et une cité à proximité. Sa mort en 1642, ne lui laisse pas l’occasion d'en profiter. A la révolution, l’arrière petit-neveu du Cardinal émigre en Russie, ses biens sont confisqués et les œuvres d’art qu'abritait le château sont vendues ou attribuées à des musées.

En 1805, le domaine fort endommagé, est racheté par un marchand de biens qui démolit le château pour vendre les matériaux. Seuls subsistent aujourd’hui le Dôme (une partie des écuries, ancien manège pour les chevaux), l’Orangerie, les Caves, l’entrée principale ainsi que tout le tracé des canaux.

En 1877, le domaine est restitué par Michel Heine, banquier à Paris, dont la fille a épousé le descendant de Richelieu. En 1930, Armand, marquis de Jumilhac, duc de Richelieu, n’ayant pas d’héritier, légue le domaine à l’Université de Paris, en souvenir du Cardinal, Proviseur et Rénovateur de la Sorbonne. 

1er avril au 30 septembre  tous les jours : 8h - 20h - 1er octobre au 31 mars  tous les jours : 9h-18h

Dernière admission 30 minutes avant la fermeture

Chinon

 
Les puys du Chinonais
 
Au milieu des années 1990, un ensemble de sites a été identifié en fonction des connaissances disponibles. A partir de ce premier détourage souvent très large, des procédures de concertations ont été engagées localement et des études complémentaires ont été réalisées afin de vérifier la présence effective des Habitats ou des espèces d’intérêt communautaire.
Sur les puys du Chinonais, une étude d’affinage du détourage a été effectuée, aboutissant à partir des données anciennes, des photos aériennes, des cartes géologiques et de vérifications rapides de terrain à la proposition de site d’intérêt communautaire.

Idées de balades

La forêt de Tours-Preuilly est fréquentée dès le premier siècle avant Jésus-Christ par les Gaulois, qui exploitent le fer. Au Moyen Age, la forêt est rattachée à la baronnie de Preuilly, dont fait partie le fief de « la Rolle » (ferme fortifiée entourée de cultures). De la fin de la Renaissance au milieu du XIXe siècle, l’exploitation de la forêt est liée aux activités des fourneaux de la Glaise. La forêt sert à l’extraction du minerai de fer, à la production de charbon de bois et aux dépôts de scories issues de la transformation du minerai (à voir en parcelle 34). A la fin du XIXe siècle, une tuilerie est en activité au lieu-dit « la fontaine Bourbon ».

Lors de la révolution de 1789, la forêt est vendue avec le château d’Azay-le-ferron. Par la suite, la forêt a toujours appartenu aux propriétaires du château. En 1951-52, la famille Hersent-Luzarche lègue l’ensemble du domaine à la ville de Tours.

Circuit « A l’ombre des grands chênes »

2,4 Km Point de départ Etang de la ribaloche Au fil de ce sentier, des panneaux d’information vous permettent de découvrir la richesse faunistique, floristique et patrimoniale

Circuit « Les Arboretums"

12 Km (ou 8 Km) Point de départ : Etang de la Ribaloche En parcourant ce sentier, vous marchez au cœur des parcelles forestières et découvrez ainsi les différents aspects de la forêt : variété des essences, sylviculture pratiquée, richesses animales et végétales, caractère sauvage des paysages. Aux abords de l’étang Neuf, un observatoire ornithologique vous invite à découvrir la vie de l’étang. Votre chemin croise également un alignement de 150 espèces de pommiers (le long des parcelles 47 à 50) et un autre pare-feu planté d’une vingtaine de variétés de châtaigniers (parcelle 78). Ces variétés anciennes ont été plantées sur les conseils de l’association des Croqueurs de Pommes de Touraine. N’hésitez pas à pousser les portillons que vous rencontrerez sur le circuit, en les refermant après votre passage.

La forêt est réservée à la promenade à pied et en vélo, sur les chemins et allées forestières. Un circuit réservé à la promenade à cheval monté ou attelé fait le tour de la forêt, les chevaux peuvent utiliser allées et chemin du trajet. Les véhicules à moteur ne sont pas autorisés. La pèche est autorisée dans l’étang de la Ribaloche. Le ramassage des champignons n’est autorisé que les samedis, dimanches et Jours fériés, mais limité à la consommation personnelle.