Balades à Tours et en Touraine

Où sortir aujourd'hui ? Dans un des plus beaux villages de la Touraine !

Les plus beaux villages de Touraine

Le village de Candes-Saint-Martin à 62 km et 51 minutes à l'ouest de Tours est d'une homogénéité rare, ses maisons sont superbes, certaines datant du XVe siècle. Construites en tuffeau blanc,leur décoration semble inspirée par les châteaux des alentours,leur empruntant mille détails. Juste à côté, considérée comme l’une des plus grandes cités monastiques d’Europe, l’Abbaye Royale de Fontevraud frappe par sa dimension comme par la prodigieuse diversité de son architecture. Les visiteurs viennent de loin pour découvrir les gisants des trois souverains Plantagenêt dont l’empreinte a marqué le Moyen Âge : Henri II,Richard Coeur de Lion, la célèbre Aliénor d’Aquitaine et Isabelle d'Angoulême sont exposés dans la grande église abbatial. Partez ensuite sur les traces de la Dame de Monsorau : "C'est à la fois un roman d'amour et d'amitié, un drame historique bien sûr, mais c'est surtout une histoire de vengeance, qui se poursuivra d'ailleurs av les Les Quarante-Cinq. Dirigez vous après au sud de Tours. A 48 km et 40 minutes au sud-ouest de Tours à Crissay-sur-Manse. Le château, partiellement détruit au cours de la guerre de Cent Ans, fut rebâti à la fin du XVe siècle sur les fondations d'une très ancienne forteresse. Poursuivez votre chemin vers l'est pour vous rendre à Montrésor à 74 km et 59 minutes au sud-est de Tours. Enfin remontez vers le nord de la Touraine. le village de Lavardin à 63 km et 51 minutes au nord de Tours apparaît au visiteur comme un rêve de pierre. Pour terminer cette extraordinaire balade, rendez-vs à quelques minutes de Lavardin et à Trôo.

 

Candes-Saint-Martin

La collégiale actuelle a été construite pour l’essentiel entre 1175 et 1225, elle a ensuite été fortifiée au XVe siècle. Aujourd’hui encore, elle accueille pèlerins et visiteurs, venus découvrir son site, son architecture, mais aussi le message toujours actuel de saint Martin.

Fontevraud

L'histoire de l'abbaye débute en 1101, année de la première Croisade et de la prise de Jérusalem. L'abbaye est     fondée par un ermite breton, Robert d'Arbrissel à qui le pape Urbain demande de prêcher la croisade en Anjou. Le charisme de cet homme attire  des centaines de personnes .

Montsoreau

Au Moyen-Age, le village comprenait deux parties : Rest et Montsoreau proprement dit. La ville "Rest" est le village aggloméré autour de l'église paroissiale actuelle. Vers l'est, sur le flanc du coteau, s'étagent les maisons de la ville, couronnant le château construit en 1455.

 

Crissay-sur-Manse

Le château, partiellement détruit au cours de la guerre de Cent Ans, fut rebâti à la fin du XVe siècle sur les fondations d'une très ancienne forteresse ; il subsiste un donjon duXIIIe siècle avec souterrains refuges. La chapelle seigneuriale date du début du XI siècle.

 

Montrésor

Ce n'est donc pas sans plaisir qu'après une longue course dans ce pays isolé, on aperçoit le frais vallon de l'Indrois, dominé par le château de Montrésor avec ses hautes murailles de la fin du   Xème siècle, ses tours d'entrée démantelées, et son corps de logis du XVème siècle, le tout d'un fier et imposant  aspect. (Page 404 Promenades Pittoresques en Touraine Abbé Chevalier 1869)

Lavardin

Blotti au pied des ruines de son château, joliment accroché au coteau crayeux de la vallée du Loir, le village de Lavardin à 63 km et 51 minutes au nord de Tours apparaît au visiteur le rêve éveillé d'un riche passé, délivré des tumultes d'une histoire dont il n'a voulu conserver que charme et beauté, à travers l'héritage d'un patrimoine exceptionnel." R Bruneau

Trôo

A quelques minutes de Lavardin, Trôo est l'un des villages les plus insolites de France. Son site et son agencement très particuliers des terrasses étagées, des grottes, des sentiers charmants, des escaliers partout. Pas vraiment de rues, pas de centre, c'est le mystère qui donne envie de partir à sa découverte.

Chinon

Si vous vous promener (GR3 - rue du coteau Sainte Radegonde) le long du coteau en partant de la collégiale Saint-Mexme, vous pouvez découvrir une vue exceptionnelle sur Chinon et la vallée de la Vienne. Au bout de 500 m, faite une halte a la chapelle Sainte Radegonde. Située autour du puits creusé dans la roche, elle garde des témoignages de deux mille ans d'occupation humaine.

Cliquez et partez à la découverte ou la redécouverte des châteaux et abbayes de la Touraine Cliquez et partez à la découverte ou la redécouverte des châteaux et abbayes de la Touraine
- Collégiale des Roches Tranchelion

Châteaux, églises, abbayes, collègiales et prieurés...

 

Une collégiale (raccourci pour église collégiale) est une église qui a été confiée à un collège de clercs ou chapitre collégial, c'est-à-dire à un groupe de chanoines (de nombre variable selon les lieux) formé ailleurs qu'au siège épiscopal. Ils sont tenus à y chanter ou réciter l'office divin.

Le prieuré est généralement un établissement religieux créé par une abbaye plus importante sur un domaine foncier qui lui a été donné. Les prieurés sont dotés d'églises construites et entretenues par l'abbaye-mère. Le prieur est présenté soit par le patron, c'est-à-dire l'ayant-droit du fondateur primitif de l'église, soit par un chapitre, puis nommé par l'abbé dont il dépend. Lorsqu'un prieuré atteint une certaine autonomie tant du point de vue du personnel (nombreux moines, postulants et novices nombreux) que dans le domaine économique, le prieuré peut être érigé en abbaye. L'église devient alors abbatiale et un abbé est nommé par la communauté des moines. Les grands prieurés avaient rang d'abbaye et disposaient également de prieurés dépendant d'eux.

Un château est à l'origine une construction médiévale destinée à protéger le seigneur et à symboliser son autorité au sein du fief. Les premiers château étaient construits en bois souvent sur une élévation de terre (motte castrale ou féodale), puis en pierre afin de résister aux nouvelles armes de guerre. On les appela les châteaux forts. À la Renaissance, les rois de France, bientôt imités par leurs vassaux, décidèrent de construire ou d'aménager leurs châteaux non plus pour la défense mais pour leur agrément et leur confort.

Balades et jardins en Touraine

Espaces naturels, jardins, animations et festivals, toujours une bonne raison de sortir avec Hebdotours !

Le Conservatoire d'espaces naturels Centre-Val de Loire

Le réseau et la carte des espaces naturels

Le programme des animations sur l'année est également disponible au format pdf dans la rubrique "Participer à l'action" puis "Découvrir la biodiversité locale" ou encore au format papier sur simple demande.

Rendez-vous aux jardins dans votre région

Découvrez les programmations régionales.

Quelles sont les animations proposées près de chez vous à l'occasion des Rendez-vous aux jardins ? Les directions régionales des affaires culturelles réalisent un programme détaillé des jardins participants dans leur région. 

L'Association des Parcs et Jardins en Région Centre-Val de Loire

Escapades aux Jardins

Découvrez le coup de coeur de la Région Centre - Val de Loire, nos jardins, la nature apprivoisée...

25 parcs et jardins vous accueuillent tout particulièrement

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours
"Je songeais à la Touraine où j’avais déjà été et qui me plaisait beaucoup, tant pour la douceur du climat que pour celle des habitants." Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions.

La ville de Tours, est fondée au Ier siècle. C'est le chef-lieu romain du territoire des Turones. Elle bénéficie temporairement du statut de civitas libera. Entre la fin du IIIe et le début du IVe siècle, elle se replie derrière une enceinte délimitant une surface de 9 ha, autour d'une butte correspondant à l'actuel quartier de la cathédrale.

Au Moyen Age, les évêques jouent un rôle majeur dans la formation de la ville qui évolue d’une manière bipolaire. Saint Lidoire (338-370) édifie une prima ecclesia dans le castrum établi à l’est de la ville : la Cité est née. A l’Ouest, le tombeau de saint Martin, situé dans un ancien cimetière, est à l’origine d’un pèlerinage qui se développe dès le Ve siècle.

Ce bourg est fortifié au Xe siècle et prend le nom de Châteauneuf. Entre la Cité et Châteauneuf, la faible densité d’occupation autorise l’implantation de couvents d’ordres mendiants.

La guerre de Cent Ans impose la construction d'une fortification réunifiant les bourgs de la Cité et de Châteauneuf, de 1356 à 1368. A partir de 1440, Tours devient la capitale du royaume pendant quatre-vingt ans, suite à l’installation de Louis XI au château du Plessis-Lès-Tours. Le commerce et l’artisanat profitent de la présence de la cour qui enrichit également la grande bourgeoisie locale. L'essentiel de l'habitat de la ville est réédifié, les hôtels particuliers se multiplient.

La première Renaissance se manifeste tant dans l'architecture religieuse (cloître de la Psalette, cloître Saint-Martin, cathédrale) que dans l'architecture civile (hôtel de Beaune, hôtel Gouin, etc.) A son retour de captivité, en 1528, François Ier s'installe définitivement à Paris de sorte que la prospérité de Tours décline progressivement.

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Chinon Val de Loire

Placée sur le cours de la Vienne, dans une position stratégique aux confins de la Touraine, de l'Anjou et du Poitou, dotée d'un éperon rocheux fortifié dès l'Antiquité, la ville, avec son imposante forteresse, a longtemps joué un rôle défensif clé. Chinon est une des places fortes favorites des Plantagenets. Jean sans Terre la perd au profit de Philippe Auguste, qui l'adjoint aux domaines de la Couronne de France. Siège de la cour sous Charles VII, lieu de sa rencontre avec Jeanne d'Arc, la ville ne quittera le giron royal que pour passer entre les mains du cardinal de Richelieu et de sa famille, qui la conservent jusqu'à la Révolution.

 

Enrichie par la culture de la vigne et le commerce du vin, la ville a trouvé, avec l'installation de la centrale nucléaire d'Avoine, un pendant industriel à sa traditionnelle activité agricole. Située à proximité des châteaux de la Loire, sur le détour de Vienne du circuit touristiqueLoire à Vélo, Chinon attire également de nombreux touristes. Depuis 2000, la ville fait partie de la section du Val-de-Loire inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco au titre des paysages culturels.

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Amboise Val de Loire

La cité doit sa renommée au célèbre château royal d'Amboise qui la domine, à la porte de l'Horloge, à la collégiale Saint-Denis, au château du Clos Lucé où s'éteignit Léonard de Vinci, à la demeure royale de Château-Gaillard construite par Charles VIII en 1496, célèbre pour ses jardins aménagés par Dom Pacello da Mercogliano et à la proche pagode de Chanteloup. Son nom est aussi attaché à la sanglante conjuration de 1560.

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Loches Touraine côté sud

L'urbanisation a commencé autour du château de Loches, ancienne place-forte puis résidence royale sur un promontoire naturel en rive gauche de l'Indre. Les limites de la ville sont d'abord marquées par une enceinte fortifiée, la Cité royale (occupée principalement par des résidences secondaires), ses murs édifiés au Moyen Âge présentent une seule issue : la Porte Royale. La première extension urbaine fut le bourg Saint-Ours,au nord-est de la Cité médiévale (correspondant à l'actuelle rue Saint-Ours) ; c'est là que se situait l'église paroissiale de la ville avant la Révolution française (dédiée à Ursus de Cahors). Un enceinte extérieure, en partie démantelée, s'ajoute vers l'ouest à la Renaissance et forme le centre-ville contemporain ; elle comportait quatre portes, dont deux subsistent : la porte Picois (qui fait partie de l'hôtel de ville) et la porte des Cordeliers  ; il ne reste que des vestiges de la porte Poitevine, tandis que la porte Quintefol a disparu.

 

La ville s'est principalement étendue vers l'ouest au cours du xxe siècle. Le quartier populaire des Bas-Clos a été construit dans une vallée au cours des années 1960. Des zones pavillonnaires s'étendent sur les hauteurs des Bas-Clos (Coteau du Roi, Montains). La zone des Bournais concentre les principales activités industrielles, des commerces (supermarchés et distribution spécialisée) et les principaux établissements scolaires. Le centre-ville est dédié aux commerces et au tourisme ; depuis les années 1990, il fait l'objet de rénovations et d'aménagements pour augmenter l'attractivité de la ville.

L'impasse Sainte-Anne, à Baulieu-lès-Loches est si étroite qu'aucune voiture ne peut s'y faufiler. Elle aboutit au canal creusé par les moines de l'abbaye bénédictine... A droite, au bout de cette impasse, un vaste hangar abrite un atelier aux portes fermées par un lourd cadenas. A l'intérieur, des machines immobiles, figées depuis de s années, recouvertes de poussière : scies, raboteuses, tous, forge... le tout accompagné d'un fouillis d'engrenages, de courroies, de poulies...

Le silence qui plane désormais sur ces lieux leur confère presque un air de sanctuaire. Le visiteur a vraiment l'impression de pénétrer dans un autre monde, dans un autre temps, de faire une escapade dans le passé.

Difficile cependant d'imaginer aujourd'hui ce décor en mouvement, en vie comme à l'poque de toutes ces machines bougeaient, respiraient, soufflaient, haletaient, grognaient... mues par une élégante roue en bois actionnée par l'eau du canal.

C'était le domaine de la famille Cazenabe, des « monteurs en moulins ». L'entreprise avait été fondée vers 1880 par l'aïeul. Après lui, son fils avait pris la suite, associé à son beau-frère. Leurs enfants avaient continué, jusqu'à ce que cesse l'activité voilà une bonne quinzaine d'années.

Page 74. Par Bernard Briais. A Baulieu : l'un des derniers « monteurs en moulin » Le Val de l'Indre n° 4 mai 1992.

L'abbatiale de la Trinité à Beaulieu-lès-Loches

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Val de Luynes

Au Moyen Age, le village s'appelait Maillé. Maillé prit le nom de Luynes au xviie siècle4. Le premier texte citant le nom du hameau semble être le testament de Perpet de Tours en 475, qui nomme Malleium. Un siècle plus tard, avec Grégoire de Tours, c'est Malliagense. La charte fondant la paroisse Sainte-Geneviève (961) dit Malliace. Puis l'on trouve Malliacensis, Malliaci, Malleum, Malleacum, Malle, Malleyus, Mailé et Maillé, au fil des époques.

 

La paroisse est démembrée au VIIIème siècle, de celle de Saint-Venant de Luynes pour créer la paroisse de Fondettes.Au xe siècle, le château appartient à Gelduin de Saumur, premier du nom, seigneur d'Usée et de Pontlevoy, dont le fils Gelduin II fut un des fervents partisans de Eudes II, comte de Touraine. Ayant perdu la ville de Saumur tombée entre les mains de Foulque Nerra, Gelduin II reçut en récompense de son suzerain, le château de Chaumont-sur-Loire, alors il donna à son féal Gosbert la seigneurie de Maillé. Gosbert a été le premier et le chef de la famille de Maillé. Les premiers seigneurs de Maillé apparaissent au début du xie siècle, ils oscillent entre les comtes d'Anjou, et les comtes de Blois.

En 1084, Hardouin II de Maillé, petit fils de Gosbert, fit bâtir l'église Saint-Venant qu'il donna à l'abbaye de Marmoutier.

Le château de Maillé est assiégé et pris en 1096, par Foulque le Réchin, à la suite de l'excommunication de Hardouin II de Maillé.

Hardouin IX de Maillé, baron de Maillé, vend la seigneurie du Montils-les-Tours (Plessis) à Louis XI contre l'union des seigneuries de Maillé, la Rochecorbon et la vicomté de Tours sous la même foi et hommage en 1463.

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Vallée du Cher

"Un jour d'été de Touraine est lui-même une espèce de cortège que règle une lente ordonnance. A la réflexion, je ne crois pas qu'il y ait quelque part un été plus humain que celui-ci, ou je ne l'ai pas rencontré; plus humain: je veux dire qui entretienne mieux l'illusion que la nature a été faite pour l'homme."

Jules Romains

Cette atmosphère de calme et de sérénité est la première impression ressentie à l’arrivée dans la Vallée du Cher Touraine. Une promenade le long du Cher révèle les richesses architecturales et naturelles de contrées authentiques et insolites. Ce terroir, source d’inspiration de nombreux artistes, vous attend ; venez le découvrir.

 

Les Offices de Tourisme de la Vallée du Cher Touraine.

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Val de l'Indre

Le Val de l'Indre est composé de 8 communes : Artannes-sur-Indre, Esvres-sur-Indre, Montbazon, Monts, Sorigny, Saint-Branchs, Truyes et Veigné.

Au VIe siècle, un poète latin évoque Artannes. Il s’agit de Venance Fortunat, noble Italien, né à Trévise vers 540, et venu en Gaule vers 565. Chapelain de la reine Radegonde à Poitiers, il fut élu à la fin de sa vie, en 597, évêque de cette ville. Poète précieux, Venance Fortunat fut l’un des derniers représentants de la culture antique latine.

A Cornillé commune de Chambourg, sur les premières pentes de la rive gauche de l'Indre, tout près du hameau, on a signalé en 1812 la présence d'au moins deux murs d'époque gallo-romaine. Ceux-ci étainet, par endroits, encore recouverts d'enduits peints. Des restes d'hypocauste (chauffage par le sol) étaient également visibles.

Dans le bourg même de Chambourg-sur-Indre, à quelques mètres en contrebas de l'église, on a mis au jour, au siècle dernier, « dans la maison d'un tonnelier », un sol en béton rose, d'apparence romaine, ainsi qu'un « souterrain », qui pourrait bien être l'aqueduc qui alimentait en eau la villa.

Au chillou, près du bourg de Perrusson, l 'abbé Bourderioux a signalé en 1971 une tombe qui semble bien remonter à l'époque gallo-romaine. En pleine terre «  la sépulture était recouverte d'une longue dalle côtelée et contenait quelques rares ossements humains, des os d'animaux et une monnaie en bronze de l'empereur Hadrien (120-130 après J-C.) »

Page 48 et 50 Le Val de l'Indre n°3 mai 1991

Le patrimoine du Val de l'Indre Le patrimoine du Val de l'Indre
Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Azay-le-Rideau

Azay-le-Rideau est une petite commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre-Val de Loire. La commune est célèbre pour son château. La ville d'Azay-le-Rideau est le chef-lieu du canton. Ses habitants sont appelés les Ridellois, Ridelloises.

 

Constitué en communauté de communes depuis le 1er janvier 2001, le territoire du Pays d'Azay-le-Rideau comprend 12 communes rurales : Azay-le-Rideau, Bréhémont, La Chapelle-aux-Naux, Cheillé, Lignières-de-Touraine, Pont-de-Ruan, Rigny-Ussé, Rivarennes, Saché, Thilouze, Vallères et Villaines-les-Rochers.

Val d'Indrois Montrésor

Fondée vers 1178 par Henry II Plangenet roi d'Angleterre et comte d'Anjou, les papes et les rois s'intéressaient au Liget, Aliénor d'Aquitaine, Charles VI, Charles VII et Louis XI y reçurent l'hospitalité.

Au XVIIè siècle, Michel de Marolles, Abbé de Villeloin, écrivain érudit et fécond y venait souvent. Le frère du grand cardinal Alphonse de Richelieu, y résida deux ans. A la Révolution, la Chartreuse fut vendue comme bien national.

Un portail monumental (XVIIIè) accueille les visiteurs, face à la forêt, un bas relief représente « Saint Bruno » fondateur de l'Ordre, de l'autre coté « Saint Jean-Baptiste ».

 

En forêt, à l'ouest de la Chartreuse se situe la Chapelle Saint Jean du Liget datée du XIIè siècle. Sur ses murs sont peintes de remarquables fresques de la même époque.

 

Idée de balade : l'église Saint Martin de Céré-la-Ronde en Touraine

A l'exception de la base du clocher, du 12e siècle, le reste de l'église date du début du 16e siècle. Construction et structure sont encore gothiques, mais le décor est typique de la première Renaissance. La tour romane est de forme carrée, éclairée de meurtrières aux étages inférieurs et de quatre fenêtres plein cintre au beffroi. La flèche octogonale est gothique. Les trois premières travées de la nef ont été réalisées à l'emplacement de l'ancienne église. La nef aboutit à un choeur à cinq pans dont trois sont percés de grandes fenêtres à remplage flamboyant. La façade ouest est percée d'une porte en arc surbaissé, décorée de pilastres Renaissance et d'une grande fenêtre à meneaux gothiques. Le presbytère date de début de la Renaissance.

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Pays de Sainte-Maure-de-Touraine

« Porte sud de la Touraine », Sainte-Maure de Touraine « ville étape - cité du fromage » est située au sud de l’Indre et Loire, à 35 kms de Tours, Châtellerault, Loches et Chinon.

Desservie par la RD910, l’autoroute A10 et la gare SNCF de Noyant-Sainte-Maure, Sainte-Maure de Touraine, avec ses hôtels-restaurants de toutes catégories, ses gîtes et son camping, est une « ville étape » entre les châteaux de la Loire et le Futuroscope.

Le fromage de chèvre AOP Sainte-Maure de Touraine fait de la « cité du fromage », une escale gastronomique incontournable permettant de découvrir directement chez les producteurs et sur le site des Passerelles, ce fleuron de la gastronomie française. Sainte-Maure de Touraine appartient au réseau des villes européennes liées par le fromage.

Sainte-Maure de Touraine est le point de départ de nombreuses balades qui conduisent à la découverte de l’histoire de la ville et d’un patrimoine naturel constitué des vallées de la Manse (vallées des Coteaux et de Courtineau) et de la Vallée de la Vienne sur le territoire intercommunal.

 

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Vallées de la Creuse et de la Claise

La vallée de la Creuse, trop peu connue des touristes, est une des plus belles et des plus pittoresques de la Touraine. La rivière, tantôt calme et paisible dans les profonds bassins où elle est retenue d'étage en étage par les ressauts naturels du sol, tantôt précipitée, écumeuse et grondante, sur les pentes rapides qu'elle rencontre de distance en distance, circule en méandres capricieux d'une rive à l'autre, en affectant cependant de serrer au plus près le coteau occidental

 

Abbé Chevalier Promenades pittoresques en Touraine 1869

Bouchardais Val de Loire

 

La plupart des villages possèdent une et parfois deux églises médiévales, les plus remarquables à l’Ile-Bouchard (Saint-Gilles, Saint-Maurice et le Prieuré Saint-Léonard), Chézelles (Lièze), Cravant les Coteaux (Sanctuaire Roman), Avon les Roches (Notre-Dame et les Roches Tranchelion), mais surtout Tavant, dont les fresques sont parmi les plus réputées de France.

L’église Saint-Nicolas est le plus souvent datée de la fin du XIe siècle. Elle est dotée d’un plan en croix latine. A l’origine, la nef était constituée de trois vaisseaux (un vaisseau central et deux bas-côtés). Actuellement, seul le vaisseau central subsiste, les deux bas-côtés ayant disparu à une époque inconnue. Le transept se composait, au départ, de deux absidioles : une au nord (qui subsiste) et une au sud (qui a disparu). Le chœur est actuellement surélevé d’un mètre ; il était composé de cinq baies à l’origine, aujourd’hui quatre subsistent, la cinquième abritant maintenant l’escalier menant au clocher. Ce chœur se termine par une abside en hémicycle dont la voûte est ornée d’un décor peint. D’après le style, on peut dater ces fresques de la première moitié et du milieu du XIIe siècle.

Peinture romane sur la voûte du choeur de l'église Saint-Nicolas de Tavant

La crypte, elle, daterait du XIIe siècle. Sa nef se compose de trois vaisseaux se terminant en hémicycle. Mondialement connues, les peintures de Tavant sont caractérisées par un style tendu, fruit d’une grande rapidité d’exécution. Une grande intensité et une grande expression se dégagent des figures. Tous les personnages sont en mouvement, l’anatomie et les proportions sont plutôt bien respectées. A ce jour, on ne peut malheureusement pas définir précisément le sujet iconographique complet de la crypte. Ces fresques sont-elles l’illustration de l’office des morts, de la lutte du Bien et du Mal ou encore du combat du Christ rédempteur ?

Ville de Langeais Ville de Langeais

Touraine Nature

Les seigneurs appréciaient cette région verdoyante où laLoire, dominante, invitait au repos, où la vigne imposante, invitait au plaisir du vin. Aujourd’hui sont encore, issus du fond des âges, châteaux, gentilhommières, en parfait héritage. Avec vous et pour vous, voyageurs spectateurs, l’histoire de ces seigneurs se vit au fil des heures.

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours
Grand-Ligueillois

Bienvenue dans le Grand Ligueillois !

 

 

Encore une facette de l'autre Touraine! Celle des pierres sans apparât. Pour qui veut faire la Touraine buissonnière, rien de mieux que ce pays de  Ligueil, où l'Esves, la Ligoire, la Riolle et l'Estrigueil se taillent des chemins qui prennent leur temps
(Extrait de l'ancien site de l'Office de Tourisme du Grand Ligueillois)

Entaillé par les vallées sinueuses et ombragées de la Manse et de l'Esves, le Grand Ligueillois est un plateau calcaire sans relief particulier, où les prairies à vaches alternent avec les landes à moutons, les pinèdes et les petits étangs. Mais son attrait ne s'arrête pas à la variété de ses paysages. Au fil de ses routes et des villages se révèle tout un patrimoine architectural et religieux qui saura également vous charmer par sa qualité et son authenticité. La Touraine Côté Sud Page 41

 Située au sud de l'agglomération tourangelle, elle a une situation très intéressante de part sa proximité à la fois des grands pôles d'activités (Tours, Loches, Node Park à Tauxigny, Sainte-Maure-de-Touraine, Châtellerault, Poitiers...) et des grands axes de communication (A10, D910, D943, A85...). Le Grand Ligueillois bénéficie des larges avantages liés à sa situation géographique : une qualité de vie, de nombreux services, un dynamisme culturel et associatif important et une proximité des grands pôles économiques.

 

C'est en 1869 que le célèbre carnaval de Manthelan vit le jour grâce à deux acolytes : le violoneux Augustin Branger, dit " Pipelet " et Théodore Fontaine, dit " Cocodache ", un ouvrier peintre.
En 1888, les deux lurons créèrent un café orné de somptueuses fresques, paysages et scènes de vie locale

http://www.manthelan.fr/les-amis-de-la-maison-du-carnaval-article-4-44.html

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours
Pays de Richelieu

En 1631, Louis XIII fit à son ministre, le Cardinal de Richelieu, la faveur d'ériger sa seigneurie en duché-pairie. Il lui donna l'autorisation de construire « un bourg clos de murailles et de fossés et de bâtir une halle ». Il y établit quatre foires annuelles et deux marchés par semaine et déchargea les habitants de toutes tailles et impositions quelconques.

La ville, comme le château, a été construite suivant les plans de Jacques Lemercier. Ce sont les frères de Jacques Lemercier, Pierre puis Nicolas, qui dirigèrent les travaux. Près de 2 000 ouvriers travaillèrent sur les chantiers. La construction de la ville, commencée en 1631, fut à peu près terminée en 1642.

La cité se présente sous la forme d'un vaste quadrilatère d'environ 700 m sur 500 m, entouré de murailles flanquées de douves. On y accède par trois portes monumentales, la quatrième étant une fausse porte. La Grande Rue, large de 12 m, est bordée de 28 hôtels particuliers. Elle est orientée nord-sud, avec à chaque extrémité une grande place carrée. Sur la place Nord, étaient situés l'Académie et les Couvents, sur la place Sud, l'église, les halles et le Palais de Justice (aujourd'hui Hôtel de Ville et Musée)

 

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Communauté de Communes Castelrenaudais

Entre la Vallée de la Loire, patrimoine mondial de l’Unesco et la vallée du Loir célébrée par Pierre de Ronsard, le Castelrenaudais offre aux touristes un environnement préservé, un « petit patrimoine » bâti et un patrimoine industriel riche en passé.

C’est un lieu de séjour agréable entre la Gâtine tourangelle, la Vallée de la Brenne et ses villages pittoresques.

Le tourisme vert permet de découvrir, au détour d’un chemin, des lieux insolites et cachés, clochers aux flèches en charpente, lavoirs d’autrefois, caburoches…

Pays du Vouvray

Le Pays du Vouvray, au coeur du Val de Loire, est heureux de vous accueillir pour un voyage de saveurs et d’émotions. Peigné de 2300 hectares de vignes portant l’Appellation d’Origine Vouvray, ce territoire fait partie de la Communauté de Communes du Vouvrillon.

Partez à la découverte des différentes nuances de ce pays avec ses caves creusées dans le tuffeau, la diversité des paysages, la finesse des bulles ou la tranquillité du vin de Vouvray, les savoureuses rillettes, les délicieux rillons et autres mets gastronomiques typiques.

Découvrez également les plus beaux monuments et jardins privés jalonnant notre territoire ainsi que la douceur du plus beau fleuve sauvage d’Europe.

 

 

Vers l'ancien site d'Hebdotours Vers l'ancien site d'Hebdotours

Gâtine Choisilles

Entre la Vallée de la Loire, patrimoine mondial de l’Unesco et la vallée du Loir célébrée par Pierre de Ronsard, le Castelrenaudais offre aux touristes un environnement préservé, un « petit patrimoine » bâti et un patrimoine industriel riche en passé.

C’est un lieu de séjour agréable entre la Gâtine tourangelle, la Vallée de la Brenne et ses villages pittoresques.

Le tourisme vert permet de découvrir, au détour d’un chemin, des lieux insolites et cachés, clochers aux flèches en charpente, lavoirs d’autrefois, caburoches…